prevoyance
assurance

Assurance prévoyance : 5 questions à vous poser

L’assurance prévoyance est l’un des éléments de protection les plus importants pour un professionnel, et pour cause ! Sans cette couverture, des difficultés économiques peuvent avoir lieu à la suite d’une baisse ou d’une perte des revenus occasionnée par un sinistre corporel comme un arrêt de travail pour accident ou maladie. Découvrez tout de suite 5 interrogations que vous devez élucider autour de ce contrat et de ses garanties.

1. Qu’est-ce que l’assurance prévoyance ?

De lourdes conséquences financières peuvent avoir lieu lors d’un arrêt de travail ou d’un décès, que cela puisse vous toucher directement ou avoir un impact sur vos proches. En effet, les prestations auxquelles vous pouvez prétendre peuvent être bien inférieures à vos réels besoins. De plus, plus la durée s'allonge, plus la baisse du niveau de revenus est importante.

L’assurance prévoyance équilibre la diminution ou la perte des salaires en cas d’arrêt de travail pour accident ou maladie et préserve le niveau de vie des proches à la suite du décès de l’assuré.

Comment ? En prévoyant le versement de prestations sous forme d’indemnités journalières (IJ), d’une rente ou d’un capital en complément de celles perçues par le régime obligatoire et l’entreprise. Ces prestations sont plafonnées et évoluent en ne compensant que partiellement ou temporairement la perte de revenus.

Cependant, la prévoyance est bien une assurance et non une épargne, aucune somme d’argent, que ce soit les prestations ou les cotisations, n’est versée si le risque corporel n'a pas lieu.

2. Quelles sont les garanties de prévoyance ?

Il est primordial d’assimiler les différences entre les garanties de prévoyance pour bien comprendre. Tout d’abord, nous utilisons le terme « incapacité de travail » pour définir la prescription d’un arrêt de travail par un médecin à la suite d’une maladie ou d’un accident. Cette garantie permet de percevoir des indemnités journalières afin d’assurer le maintien des salaires.

Ensuite, il existe la garantie « invalidité ». Si l’incapacité de travail est permanente ou le devient, elle offre la possibilité de recevoir une rente. Cette dernière est calculée par rapport à un niveau d’invalidité, appelé aussi « taux », exprimé en pourcentage et déterminé par le médecin-conseil de l’assureur. Ce pourcentage attribué peut être différent de celui donné par la Sécurité sociale, les barèmes n’étant pas entièrement similaires.

Enfin, la garantie « décès » sert à verser une rente ou un capital aux bénéficiaires sélectionnés par l’assuré à condition que le décès survienne durant la validité du contrat. Si ce n’est pas le cas, la prestation n’est pas versée et les cotisations d’assurance ne sont pas remboursées.

Comme pour toute souscription de contrat d’assurance, soyez vigilants aux exclusions de garanties. Celui de la prévoyance peut en effet ne couvrir que partiellement ou ne pas couvrir du tout la pratique de sports extrêmes, les affections psychiques et dorsales ou encore les suites d’événements médicaux survenus avant de souscrire et déclarés ou non.

3. Une protection supplémentaire pour quel profil ?

Que vous soyez salarié ou travailleur indépendant, la garantie prévoyance n’est pas un élément négligeable, et les proches doivent être avertis de son existence dans le cas où vous ne pourriez pas de vous-même mettre en jeu ce contrat.

Avant de souscrire à un contrat de prévoyance, il est important de s’informer sur la couverture du régime obligatoire, auprès de la Sécurité sociale ou de la caisse professionnelle correspondante au métier exercé. En effet, certaines professions ne sont pas couvertes à la suite d’un arrêt de travail comme celles estimées à risque.

Aussi, dans le cas d’un salariat, vous pouvez vérifier si l’entreprise a l’obligation légale de compléter les versements de la Sécurité sociale ou si elle a déjà mis en place un contrat de prévoyance collective en lien avec sa convention.

Il est bon de savoir que lorsque vous êtes indépendant, il est possible de bénéficier d’avantages spécifiques en déduisant fiscalement une partie de la cotisation d’assurance. Le contrat est alors appelé Madelin.

4. Quel type de contrat ?

La prévoyance peut être souscrite par le biais de plusieurs moyens, mais seulement si vous êtes en activité professionnelle.

En premier lieu, que vous soyez salarié ou indépendant, une protection est possible à titre individuel. Cela est intéressant si les prestations auxquelles vous avez droit ne sont pas suffisantes pour compenser la perte de revenus dans la durée.

Dans le cadre d’un salariat, il peut y avoir un contrat collectif obligatoire, auquel cas vous en bénéficiez automatiquement, ou un contrat collectif à adhésion facultative qui permet en outre de choisir des options.

Il est à souligner que les noms commerciaux des contrats peuvent être différents selon l’assureur, entre la prévoyance, l’assurance incapacité-invalidité-décès ou encore l’assurance perte de revenus.

De même, pour votre information, l’assurance complémentaire santé ne vous protège pas contre la perte de revenus en cas d’arrêt de travail. Elle est utile pour compléter les remboursements des soins de santé versés par la Sécurité sociale ou par la caisse professionnelle.

5. Pourquoi y souscrire ?

Vous l’aurez donc compris, une assurance prévoyance peut se révéler être plus que nécessaire si un accident venait à vous arriver. Personne n’est à l’abri d’un accident et les conséquences financières résultant d’un dommage corporel peuvent être lourdes.

De ce fait, il est fortement recommandé de vérifier si vous avez besoin de vous assurer à titre individuel et de faire le point sur votre situation financière au niveau de vos charges fixes et de vos futures dépenses importantes.

En cas de souscription à un emprunt immobilier, il est recommandé de vérifier la protection de l’assurance en cas d’incapacité, d’invalidité et de décès. Les autres conséquences d’une maladie ou d’un accident ont la possibilité d’être couvertes par divers contrats assurantiels tels que l’assurance individuelle accident, l’assurance de la carte de paiement ou encore l’assurance lors de la pratique d’un sport.

En outre, tentez d’évaluer au mieux votre besoin de protection. Par exemple, est-il essentiel de maintenir entièrement le montant des revenus ? Quelle somme vos proches pourraient-ils avoir besoin si vous veniez à décéder ?

Soyez dans tous les cas attentif au délai de carence des garanties et à la période couverte par le contrat de prévoyance, notamment par rapport à l’âge limite du souscripteur.

Un conseil à votre service

Parce que nous savons qu’il est parfois compliqué de se repérer parmi l’ensemble des offres et de choisir les bons niveaux de couverture pour votre situation, nous restons à votre disposition pour vous faire bénéficier de notre expertise. Nous pouvons vous accompagner pour optimiser vos budgets et vos indemnisations en cas de difficultés, alors n’hésitez pas à nous contacter !